Vous êtes ici : Accueil > Actualités >  Production ovine : les clés d’une installation réussie

Production ovine : les clés d’une installation réussie

Les flux rss du site de la Chambre d'agriculture du GardImprimer la page

Construire un projet d’installation ou de diversification en production ovine n’est pas aussi simple que cela puisse paraître. De multiples critères sont à prendre en considération pour choisir un des nombreux systèmes de production possibles...

Si 47 % des exploitations ovines sont spécialisées, c’est-à-dire qu’elles pratiquent exclusivement ce type d’élevage, d’autres systèmes existent alliant polyculture, élevage d’autres animaux comme les vaches allaitantes ou laitières…

 

Constituer son troupeau en élevage ovin

La reproduction d’un élevage ovin peut s’effectuer en race pure ou par croisement. Le recours au croisement permet de profiter de la complémentarité des différentes races.

Outre les races spécifiquement laitières on distingue ainsi :

  • les races bouchères
  • les races prolifiques
  • les races rustiques.

Enfin, on peut produire soit des agneaux herbagers, soit des agneaux de bergerie et varier la période des naissances pour bénéficier de prix de marché plus porteurs notamment à contre saison.

Constituer son schéma de production ovine

Beaucoup d’autres critères sont à prendre en compte : qualité et aménagement des bâtiments, aspects réglementaires et sanitaires, besoin ou non d’un chien de troupeau, optimisation des surfaces fourragères…

Néanmoins, parmi les critères de choix d’un système de production on peut en retenir cinq :

  • la période de naissance et les objectifs de productivité
  • le potentiel de la surface fourragère à disposition
  • la main d’œuvre disponible
  • les équipements et bâtiments
  • la demande du marché.

Tout ceci est décrit de façon très détaillée dansle guide d’installation publié par Inn’Ovin. Les conseillers installation et ovins Chambres d’agriculture et des autres membres d’Inn’Ovin sont également à votre disposition pour accompagner tous les porteurs de projets souhaitant se diversifier ou s’installer dans ce type de production.

Pour soutenir les éleveurs ovins dans leur activité et favoriser aussi l’installation de jeunes éleveurs, des dispositifs et des outils sont mis à disposition des agriculteurs mais aussi de leurs conseillers de terrain.

    Ce qu’il faut savoir pour devenir éleveur ovin

    De la constitution de son cheptel et de sa prolificité dépendront amplement le revenu de l’éleveur. La disponibilité des surfaces fourragères et herbagères ne sont pas les seuls critères à prendre en compte. 

    Des investissements peuvent aussi être à prévoir selon l’état des bâtiments (travaux de restauration) mais aussi pour la construction de nouveau bâtiment avec les aménagements nécessaires, y compris les clôtures, et l’évaluation des travaux fonciers à réaliser : 

    • curage des fossés
    • assainissement de parcelles
    • entretien des haies
    • remise en culture
    • débroussaillage
    • matériel à acheter
    • montant du bail et éventuellement de la location de l’habitation etc

    Les Chambres d’agriculture en appui à l’élevage ovin 

    Les nombreux conseillers Chambres d’agriculture déployés sur l’ensemble du territoire accompagnent quotidiennement les éleveurs et porteurs de projets en production ovine :

    • appui au respect de la réglementation sanitaire et traçabilité (condition aussi pour accéder aux aides) via les EdE
    • contrôle de performances pour l'amélioration génétique du troupeau mais aussi de l'ensemble de la filière 
    • conseil organisation du travail
    • conseil bâtiment 
    • circuits courts, filières de proximité... avec notamment le réseau Bienvenue à la ferme.

    Dynamiser la filière ovine avec Inn’Ovin

    Créé en 2014, Inn’Ovin est un programme réunissant tous les acteurs de la filière ovine dont le réseau des Chambres d’agriculture. Regroupant de multiples partenaires, il vise, en autres objectifs, à soutenir l’installation des jeunes, accompagner et favoriser cette production.

    Les 4 grands domaines de travail sont : 

    • Le renouvellement des générations et l’attractivité du métier
    • La performance technique et économique des exploitations pour améliorer le revenu des éleveurs
    • L’amélioration des conditions de travail des éleveurs et le salariat
    • L’environnement, la transition énergétique et l’aménagement équilibré du territoire

    S'installer et transmettre en agriculture

    A lire aussiEn savoir plus